MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Urétrites non gonococciques

2 avril 2014, par HALIOUA B.

REMERCIEMENTS

Le texte ci-dessous nous a été fourni par IUSTI (International Union against Sexually Transmitted Infections). Ce texte a été élaboré grâce à l’aide du IUSTI, de l’EADV (European Association of Dermatology and Venereology) et sa "Task force" sur les maladie sexuellement transmissible, de ISIDOG (International Society for Infectious Diseases in Obstetrics and Gynecology) et UEMS-EBDV (European Union of Medical Specialists - European Board of Dermatovenereology).

La mise à jour date de 2017.

Le pdf est téléchargeable ici

POINTS CLÉS

L’urétrite non gonococcique (UNG) est généralement une infection sexuellement transmissible.

Elle peut avoir de nombreuses causes différentes. Certaines UNG, mais pas toutes, sont transmises lors des rapports sexuels et, chez certains hommes, leur cause n’est jamais déterminée (identifiée).

Vous pouvez vous protéger contre cette infection en utilisant SYSTÉMATIQUEMENT des préservatifs lors des rapports sexuels.

QU’EST-CE-QUE L’UNG ?

— Une urétrite est une inflammation de l’urètre (tuyau par lequel l’urine sort).

— On parle d’urétrite non gonococcique (UNG) lorsque la cause de l’urétrite n’est pas connue et lorsque l’infection sexuelle nommée gonorrhée (qui peut entraîner une inflammation) a été exclue.

— Elle peut avoir de nombreuses causes différentes. Certaines UNG, mais pas toutes, sont transmises lors des rapports sexuels. Si vous souffrez d’une UNG, plusieurs causes sont possibles et, chez certains hommes, la cause n’est jamais déterminée.

— Les infections les plus fréquemment responsables d’une UNG sont les infections à Chlamydia et à Mycoplasma genitalium, qui représentent 20 à 70 % des cas. D’autres infections pouvant entraîner une UNG incluent les infections à Trichomonas vaginalis, U. urealyticum, par des adénovirus ou par les virus Herpes simplex types 1 et 2. Les bactéries responsables d’une infection des voies urinaires (reins, vessie et urètre) peuvent entraîner une inflammation de l’urètre. Une infection vaginale chez votre partenaire, comme un muguet ou une vaginose bactérienne, peut déclencher chez vous une UNG.

— Dans certains cas d’UNG, les tests ne mettent pas d’infection en évidence et la cause de l’UNG n’est donc pas déterminée. Il est très probable que certains cas d’UNG ne sont pas dus à une infection, mais nous n’avons actuellement pas de tests nous permettant de dire lesquels sont concernés.

COMMENT EST-CE QUE L’ON CONTRACTE UNE UNG ?

— On peut contracter une UNG en ayant une relation sexuelle avec une personne qui est déjà infectée : rapport sexuel vaginal, oral ou anal.

— Tous les cas d’urétrite non spécifique ne sont toutefois pas dus à une relation sexuelle.

— Vous pouvez contracter une UNG même si vous en avez déjà souffert auparavant.

QUELS SONT LES SYMPTÔMES D’UNE UNG ?

— Chez l’homme, les symptômes les plus fréquents sont les suivants :

  • Brûlure lorsque l’on urine
  • Écoulement à l’extrémité du pénis
  • Irritation/démangeaison à l’extrémité du pénis
  • Éventuellement douleur ou gêne au niveau des testicules

— Certains hommes n’ont aucun symptôme.

DOIS-JE PASSER DES TESTS ?

— Si vous pensez avoir été en contact avec une infection sexuellement transmissible, ou si vous avez des symptômes qui pourraient être ceux d’une UNG, vous devez consulter votre médecin traitant ou vous rendre au service local de santé sexuelle ou de vénéréologie/dermatologie.

— Un échantillon prélevé à l’extrémité du pénis sera nécessaire pour établir le diagnostic. Cet échantillon est prélevé à l’aide d’un écouvillon, qui est un genre de coton-tige mais plus petit et arrondi. Parfois, l’écouvillon présente une petite anse en plastique à l’extrémité au lieu de coton. Le prélèvement dure quelques secondes et il n’est généralement pas douloureux, même si l’on peut ressentir une gêne pendant un moment. Certains services peuvent étudier l’échantillon au microscope immédiatement et vous dire s’il y a des signes d’inflammation.

— La précision de la détection de signes d’inflammation au microscope dépend de l’habileté de la personne qui réalise le test et du temps écoulé depuis la dernière fois que vous avez uriné. On conseille à la plupart des hommes de ne pas uriner pendant au moins deux heures avant le test, pour que les résultats soient le plus précis possible.

— Si vous avez des signes et des symptômes mais que le test ne confirme pas la présence d’une urétrite non spécifique, on pourra vous demander de ne pas uriner pendant une nuit et de revenir pour refaire le test.

— En plus de la recherche de signes d’inflammation, il est recommandé de faire un test pour détecter des chlamydia, mycoplasma et une gonorrhée. Ce test se fait habituellement sur un échantillon d’urine.

— Si vous souffrez d’une UNG, vous devriez aussi passer des tests de dépistage d’autres infections sexuellement transmissibles, comme le VIH, la syphilis et l’hépatite B, car vous pourriez souffrir de plusieurs infections simultanément.

EN QUOI CONSISTE LE TRAITEMENT DE L’UNG ?

L’UNG se traite avec des antibiotiques en comprimés, généralement de la doxycycline ou de l’azithromycine. Ces deux antibiotiques doivent être pris pendant plusieurs jours.

PUIS-JE AVOIR DES RAPPORTS SEXUELS SI J’AI UNE UNG ?

Vous devez éviter tout rapport sexuel ou utiliser des préservatifs à chaque rapport, jusqu’à ce que vous et votre/vos partenaires ayez terminé le traitement et jusqu’à ce que vos symptômes aient disparu.

QUELLES SONT LES COMPLICATIONS POSSIBLES DE L’UNG ?

En l’absence de traitement, certaines des causes d’UNG peuvent avoir des conséquences à long terme, bien qu’elles ne soient pas fréquentes. Ces conséquences peuvent inclure :

  • Douleur et gonflement au niveau des testicules.
  • Dans de rares cas, une UNG peut provoquer d’autres symptômes, comme une arthrite (articulations gonflées) et une inflammation des yeux. C’est ce qu’on appelle une arthrite réactionnelle.
  • Une UNG due à des chlamydia peut entraîner une maladie inflammatoire pelvienne (MIP) chez votre partenaire de sexe féminin. Cette maladie peut provoquer des douleurs abdominales et pelviennes. Elle peut aussi entraîner une infertilité et une grossesse ectopique (grossesse en dehors de l’utérus).

DOIS-JE INFORMER MA/MON PARTENAIRE ?

Si vous pensez avoir une UNG ou une autre infection sexuellement transmissible, consultez votre médecin traitant ou rendez-vous au service local de santé sexuelle ou de vénéréologie/dermatologie.

LIEN UTILE

Haute Autoroté de la Santé (HAS)

 

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

Fondation René Touraine