MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Lichen plan

9 janvier 2013, par LE BIDRE E.

Margarida Coelho est l’auteur de ce chapitre.

REMERCIEMENTS

Ce chapitre a été écrit grâce à l’aide de l’EADV, de la Fondation René Touraine et de Thérapeutique Dermatologique.

PRÉSENTATION

Le lichen plan (LP) est une maladie inflammatoire chronique relativement fréquente qui peut toucher la peau, les membranes muqueuses (bouche et appareil génital), le cuir chevelu et les ongles. Elle peut toucher tout le monde, à tout âge, mais survient habituellement au milieu de l’âge adulte (après 40 ans).

Les dermatologues peuvent procéder au diagnostic clinique du LP grâce à un examen complet de la peau. On peut dans certain cas recourir à une biopsie de peau pour confirmer le diagnostic.

Le LP, lorsqu’il touche la peau, disparaît souvent spontanément dans les 2 ans, mais il peut parfois récidiver. Le LP muqueux risque plus de persister plusieurs années ; les cicatrices peuvent être persistantes. Le LP, lorsqu’il affecte le cuir chevelu, peut créer des plaques d’alopécie définitive. Dans certains cas rares, un LP érosif touchant la bouche ou les organes génitaux peut constituer un facteur de risque de cancer au niveau de ces sites.

SYMPTÔMES

Il existe plusieurs types cliniques de LP, qui ont des manifestations différentes, selon la ou les zones affectées :

  • Peau :

Le LP cutané se manifeste habituellement par de petites bosses sur la peau, fermes, plates sur le dessus, brillantes et de couleur rouge/violette/brunâtres, présentant parfois de fines lignes blanches. Habituellement, ces lésions cutanées démangent fortement, mais elles peuvent être asymptomatiques. Lorsque les lésions sont épaisses, elles peuvent desquamer. Rarement, des vésicules apparaissent.

Un patient peu présenter quelques lésions ou plusieurs lésions, à un endroit quelconque sur la peau ; cependant, les lésions sont fréquentes au niveau des poignets, des mains, des chevilles et du bas du dos.

Lorsqu’elles cicatrisent, elles peuvent laisser sur la peau des taches brunes/grises qui s’estompent seulement après plusieurs mois ou plusieurs années.

  • Bouche :

Le LP buccal peut être ou non accompagné de lésions cutanées simultanées touchant d’autres endroits du corps. Il touche habituellement l’intérieur des joues mais il peut aussi apparaître sur la langue, les lèvres et les gencives.

Ses manifestations fréquentes sont des taches blanches indolores et des stries formant un motif en dentelle, une rougeur et un gonflement. Parfois, les gencives peuvent peler.

En cas de LP érosif, le patient présente des plaies ou ulcères persistants, douloureux, qui brûlent et peuvent gêner l’alimentation.

  • Organes génitaux :

Chez la femme, le LP peut toucher les grandes lèvres et les petites lèvres. Le LP vulvaire peut avoir plusieurs manifestations cliniques, incluant des stries blanches formant un motif en dentelle, des plaies ou ulcères douloureux et persistants (LP érosif), une scarification entraînant une distorsion et une tendance au saignement, qui peuvent gêner les relations sexuelles et affecter la qualité de vie.

Chez l’homme, le LP pénien se présente habituellement sous la forme de petites bosses formant un anneau autour du gland. Des stries blanches et un LP érosif peuvent aussi être présents.

  • Cuir chevelu :

Lorsque le LP affecte le cuir chevelu ou, moins fréquemment, d’autres zones poilues du corps, on parle de lichen planopilaris (LPP). Le LPP se manifeste sous la forme d’une rougeur et d’une irritation cutanées, avec de minuscules bosses rouges autour des follicules pileux. Rarement, des vésicules apparaissent.

Lorsque les follicules pileux sont détruits, le LPP laisse des cicatrices qui forment des zones d’alopécie définitive sur le cuir chevelu (alopécie cicatricielle).

  • Ongles :

Le LP peut toucher un ou plusieurs ongles des doigts et/ou des orteils, avec ou sans atteinte cutanée. Il peut parfois toucher les 20 ongles.

Le LP unguéal se manifeste habituellement par des ongles fins, fragiles, parfois de couleur sombre, présentant des stries ou des sillons. Les ongles peuvent aussi être épaissis et entourés de cicatrices. Ils peuvent arrêter de pousser et parfois tomber, temporairement ou définitivement.

CAUSES

Le LP est une maladie inflammatoire chronique dont la cause exacte reste inconnue. Il présente certaines caractéristiques de « maladie auto-immune » et il n’est ni contagieux ni malin.

Certains facteurs contribuant au LP ont été identifiés, parmi lesquels :

  • Prédisposition génétique
  • Stress physique et/ou émotionnel
  • Lésion cutanée ou autres maladies de peau
  • Infections virales systémiques, p. ex., hépatite C
  • Allergie de contact, p. ex., plombages métalliques pour le LP buccal
  • Certains médicaments, p. ex., diurétiques et anti-paludiques (quinine, quinidine)

TRAITEMENT

Un traitement n’est pas systématiquement nécessaire puisque le LP disparaît souvent spontanément. Il n’existe en outre aucun traitement curatif de cette maladie.

Si les symptômes sont gênants et/ou si les lésions sont nombreuses, plusieurs traitements sont disponibles et peuvent soulager les démangeaisons ou la douleur et faciliter la cicatrisation. Ces traitements incluent :

  • Anti-histaminiques par voie orale
  • Dermocorticoïdes (crèmes ou pommades appliquées sur la zone affectée)
  • Injections de corticostéroïdes dans les lésions
  • Inhibiteurs topiques de la calcineurine (pommade à base de tacrolimus, crème à base de pimécrolimus)
  • Rétinoïdes topiques
  • Autres traitements systémiques, comme les corticostéroïdes par voie orale (prednisone), l’acitrétine, l’hydroxychloroquine, le méthotrexate, l’azathioprine, le mycophénolate mofétil
  • La photothérapie, traitement utilisant le rayonnement ultraviolet

Les taches sombres sur la peau pouvant persister près un LP peuvent être éclaircies à l’aide de crèmes, de traitement au laser ou autres traitements prodigués par les dermatologues.

CONSEILS DE PRISE EN CHARGE

Tout patient avec suspicion de LP doit consulter un dermatologue pour bénéficier d’un diagnostic et d’un traitement adéquats.

Les personnes souffrant de LP cutané doivent tenter de maîtriser les démangeaisons, éviter de se gratter ou de léser la peau, et éviter le stress.

En cas de LP buccal, il est important également d’éviter de fumer et de consommer de l’alcool, d’éviter les aliments et les boissons épicés, salés et/ou acides, de se brosser les dents et d’utiliser du fil dentaire régulièrement et de consulter régulièrement un dermatologue et un dentiste.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter